jeudi 21 juin 2012

CHAUNAY VAUT PAS UN DIRHAM !!!






Le dirham de Chaunay 
VIII è siècle...








Sources :
Georges Thouvenin :
Notes sur une monnaie koufique trouvée à Chaunay.
Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4ème trimestre 1929, pages 503-533.
Médiathèque Poitiers.


Présentation :
Plus de 80 monnaies arabes ou à légende arabe ont été trouvées dans le Grand Ouest de la France entre 1837 et 2001. 
Pour l’essentiel, il s’agit de dinars d’or, avec quelques dirhams d’argent, s’échelonnant de la fin du viiie siècle au début du xve siècle. Tous, à une exception près, sont d’origine occidentale (péninsule Ibérique et Maghreb). 
L’analyse du corpus permet de distinguer trois groupes principaux : les dirhams du viiie siècle, à mettre en relation avec l’activité diplomatique entre les Omeyyade d’Espagne et les Carolingiens ; les dirhams du ixe siècle, très probablement importés par les Vikings ; et les dinars et alfonsins des xiie et xiiie siècles, qui pallient l’absence d’or dans les émissions monétaires d’Europe occidentale à l’époque. Le catalogue des monnaies inclut la détermination de neuf pièces inédites et la description corrigée de deux autres.

Un premier groupe est constitué par les deux dirhams de Contres (Loir-et-Cher) et de Chaunay (Vienne), émis à Cordoue en 161 H/777-78 AD et 164 H/780-81 AD (Figure 1).
Les deux localités sont situées sur la route qui relie l’Espagne à Aix-la-Chapelle par l’Aquitaine,
c’est-à-dire via Bordeaux, Angoulème, Poitiers et Orléans. Or, les années 778-801, entre l’expédition de Saragosse et la prise de Barcelone par Louis d’Aquitaine, voient les contacts se multiplier entre les Andalous et le pouvoir carolingien, notamment à l’initiative des chefs rebelles de la vallée de l’Èbre. On peut imaginer que les deux dirhams, frappés à quatre années de distance, sont les témoins de ces allées et venues.


Sources :
Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-2 | 2008
Dirham cordouan de Chaunay (Vienne), VIIIe siècle


Un dirham, al-Andalus (Cordoue), 164 H (780-81 AD).
Découvert en 1928 « au lieu dénommé La-Brousse, sur la pente nord de la petite vallée
de la Bouleur, à environ deux kilomètres du bourg de Chaunay, canton de Couhé », dans la Vienne.
La pièce a été présentée par l’abbé Chapeau à la Société des Antiquaires de l’Ouest et déterminée par Émile Blochet, conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque nationale, à la demande de Georges Thouvenin qui la publie dans le Bulletin de la Société.

Poids « primitif » (?) : 2,59 g.
(Thouvenin renvoie en fait à Lavoix)
Diamètre : 27 mm.

Le texte arabe des légendes publiées par Thouvenin comporte quelques erreurs et omissions qu’il est facile de rectifier grâce aux clichés de bonne qualité illustrant l’article. J’en donne ci-dessous la version exacte :

Légende centrale sur trois lignes (1re partie de la ?ah?da) :
Légende extérieure en quatre segments formant un carré plus ou moins curviligne :
Double filet extérieur.

51Marge
52Légende circulaire :
Agrandir
53Il est évidemment impossible de déterminer si l’alif du démonstratif  a été élidé, comme c’est très souvent le cas sur les dinars contemporains.
Image15

Revers

54Champ
55Légende sur cinq (?) lignes :
56[šahāda et tas.liya sur trois lignes ?]
Image16
57Marge
58Légende circulaire (Coran III, 85) :


Voir :